L'improvisation
(extrait de L'Orgue, Paris, avril 1962)



Pour les initiés, il s’agit d’un art subtil et délicat, qui tour à tour intéresse, séduit, captive, surprend aussi parfois du fait de situation extrêmement variée, et même imprévue. D’autres mélomanes, moins informés peut-être, assimilent cette pratique à un phénomène plutôt mystérieux, à une manière de don tout à fait exceptionnel et quelque peu inquiétant. Il existe enfin de francs détracteurs de l’improvisation ; ils la considèrent comme un mauvais succédané de la musique, un tour de force demandant certes beaucoup de réflexes et d’habileté, mais par cela même, plus proche de l’attraction de music-hall que de l’art véritable.

Et pourtant ?... À bien y réfléchir, qui d’entre nous n’a pas fréquemment l’occasion de recourir, sans même le soupçonner, à des techniques mentales s’apparentant à l’improvisation ? Au cours d’une conversation, ou d’une discussion, n’est-il pas nécessaire de faire montre de beaucoup de spontanéité pour tenter d’imposer son propre point de vue ? Une explication donnée sur un sujet quelconque à l’aide d’éléments qui ne sont évidemment pas le fait d’un hasard, même providentiel, mais qui sont exprimés, actualisés, avec des mots, des propositions, des phrases bien construites, cette explication ne suppose-t-elle pas des moyens de réalisation et d’expression identiques à ceux qu’emploient journellement les improvisateurs ? Les grands orateurs n’ont-ils pas recours à une telle pratique ?

Mais, si l’improvisation n’est pas limitée au domaine de la musique, c’est peut-être là qu’elle trouve sa plus belle justification, du fait de l’infinie diversité du monde sonore auquel elle fait appel, et de son aptitude certaine à rendre plus subtilement, plus profondément les différents états d’âme de l’artiste. L’absence de prétexte littéraire permet sans doute possible plus de mobilité, plus de liberté d’expression. Quand, par hasard, ce prétexte est imposé, il est susceptible de se prêter à de multiples interprétations, selon les réactions et le tempérament de chacun.

Design: Sophian ©2006 — Tous droits réservés